Léopold Martien

****

Livre de Condoléances de Léopold Martien
Album photo
Un grand ami de la FNCD nous a quittés.

1946 : c'est cette année-là que tout a commencé.
Détenteur de gènes théâtralement engagés, pour la première d'une longue série, Léo monte sur les planches à 7 ans.  Il ne les quittera plus, jouant dans de nombreuses productions, la dernière en 2007, lors de la Semaine du Théâtre amateur. Quelques unes en professionnel – il nous faisait bien rire en nous racontant ses relations avec la comédienne Pauline Carton et les spectacles joués avec Simone Max – la plupart chez les amateurs, il jouait, chantait, dansait, n'hésitant pas à endosser les rôles les plus loufoques sans oublier les plus émouvants. Oserions-nous dire qu'il était « tombé dans la marmite » tout petit avec des parents comédiens et chanteurs ? Il vivait dans l'espace théâtre comme un poisson dans l'eau.

Homme au grand cœur, totalement investi dans la défense du théâtre d'amateurs, il s'est mis au service de l'ensemble des compagnies en devenant administrateur de "sa Fédération".
Est-ce sa rondeur physique qui se répercute sur son caractère, lui permettant d'arrondir bien des angles et d'être apprécié de tous ? Sans mots inutiles, le regard amusé, il sait que l'action vaut mieux qu'un long et souvent ennuyeux discours. Toujours d'une gentillesse et d'une politesse raffinées, il nous surprend parfois par un trait d'humour acéré et vif mais jamais méchant.
Sa générosité est légendaire. C'est ainsi qu'il renforce, pendant de nombreuses années, l'intérêt pour le prix "Jean Martien",  récompensant la meilleure mise en scène en gratifiant les heureuses compagnies lauréates  d'une prime supplémentaire et conséquente.

Il devient membre du jury itinérant où, parmi ses autres qualités d'appréciation, ses compétences en matière de décoration, d'accessoires et de costumes sont des plus estimées.
Si, d'aventure, vos pas vous mènent à la Maison du Spectacle – la Bellone, vous aurez accès au fichier de notre bibliothèque.  Sachez que si cette consultation est possible, c'est grâce à Léo qui le tint à jour.

C'était une joie de le voir ouvrir la porte de nos bureaux et des après-midi pleines de bonne humeur s'ensuivaient. Il ne refusait jamais les plus petits des travaux de classement.
Ajoutons que Leo s'occupa également durant longtemps du "Théâtre Senior", incitant les compagnies des seniors à se faire connaitre afin qu'elles puissent participer aux manifestations organisées pour elles. Il n'hésita pas à mettre la main à la pâte, assurant plusieurs rôles et plusieurs mises en scène.

Léo était un « fédérateur » fervent, toujours heureux des initiatives prises par la FNCD, toujours prêt à soutenir les évènements marquants qu'elle organisait, tels que les « Journées des Présidents », la célébration de son centenaire et depuis des années la « Semaine du Théâtre amateur ».
Mais que diable… pourquoi un tel investissement ? Tout simplement parce que l'homme était la générosité et la modestie mêmes et que, dans le plaisir de servir pour que vive le mieux possible le théâtre d'amateurs, il avait trouvé énormément de satisfactions et rencontré de grandes amitiés.
C'est ainsi que nous connaissons Léo.

C'est ainsi que nous nous souvenons de lui et que nous ne l'oublierons pas.


Copyright © 2013. Tous droits réservés.Dernière mise à jour le mercredi 23 octobre 2013